Les journalistes étrangers en Chine victimes d’intimidations croissantes

Les Echos

Neuf correspondants étrangers sur dix basés en Chine ayant répondu à l'enquête ont déclaré qu'ils n'entreraient pas dans la zone olympique (photo : au centre de presse) afin de pouvoir maintenir leur mobilité, continuer à faire des reportages et ne pas être soumis à une quarantaine à l'issue des JO.
Publicité